Français English


Carnet Aventure


Toi aussi découvre
St-Briac en t'amusant grâce au Carnet Aventure






Histoire de Saint-Briac

Saint-Briac, ancien village de marins, surnommé la «perle» de la Côte d’Emeraude, a conservé autour de son église (clocher classé du XVII°) des quartiers anciens aux ruelles étroites et au charme particulier.
Site balnéaire, entre rivière et mer, offrant l’une des plus belles baies de Bretagne, avec ses marées exceptionnelles, il séduira les amateurs de nature,de grand large, et de détente en famille, avec ses nombreuses plages, comme ont été séduits depuis le XIX° siècle de grands artistes qui y ont trouvé l’inspiration.


Le temps des origines

L’Homme a-t-il apprécié la beauté du site dès les temps anciens? Des traces de vie humaine, datant du néolithique, sont encore visibles, restes de mégalithes, pierres levées et dolmens.
Les Celtes arrivent vers 400 avant J.C., puis les Romains du I° au V° siècle. Chassés de Grande-Bretagne par les Saxons, d’autres Celtes, les Bretons, émigrent pacifiquement du IV°au VI° siècle chez leurs voisins armoricains. C’est avec eux que vient Briac, parmi d’autres prêtres et moines évangélisateurs, futurs saints bretons. Briac rencontre, vers l’an 550, au bord du Frémur, un groupe sédentarisé, le convertit au catholicisme,et bâtit un oratoire au lieu-dit La Chapelle.
C’est probablement à cette époque, et là, que nait le village.

Le temps des églises

Une première église est construite au Bourg au XI° ou XII° siècle. Puis une seconde (1671-1688), à l’initiative des comtes de Pontbriand, seigneurs de Pleurtuit et Saint-Briac («Sancti Briaci»), chargés par le roi de la défense de nos côtes. Cette église est reconstruite et agrandie en 1870. La bonne idée est de conserver le vieux clocher de granite, de style unique en Ille et Vilaine, inspiré des églises du Finistère, classé monument historique en 1908. A côté se trouve le beau monument aux morts, conçu en 1922 par le sculpteur breton Armel Beaufils, enfant du pays.

Le temps des capitaines

La vocation maritime de Saint-Briac, auparavant terre d’agriculteurs, nait au XVI° siècle, dans le sillage de Saint-Malo. L’activité est intense au Béchet et au Petit Port, bateaux et chantiers. Les criques sableuses bien abritées permettent l’essor d’une marine au cabotage, menée par des « maîtres de barques » faisant transport de marchandises le long des côtes, d’Angleterre en Espagne. Le village devient aussi un réservoir de marins pour la marine royale, les armateurs de Saint-Malo, ou les corsaires. Il en émerge une élite, les nombreux capitaines au long cours, réputés dans le monde entier (Cap Horn, Cap de Bonne Espérance,...), et qui ont commencé pour la plupart comme simples mousses. Ces marins et capitaines construisent, du XVII° au XIX° siècle, l’incomparable patrimoine bâti ancien du village, pierres, granite, ardoises, alignements de maisons, ruelles,...en remplacement des vieilles habitations en bois, torchis, et chaume issues du Moyen Age.

Le temps du balnéaire

Dans les années 1880, la villégiature balnéaire en plein essor transforme Saint-Briac sans en dénaturer l’authenticité. Les grèves de sable fin, bien exposées, deviennent plages. Quelques réalisations spectaculaires, maintenant dans le patrimoine du village, marquent cette période : le château du Nessay (1886), les villas du boulevard de la Mer (1880-1910), le Balcon d’Emeraude (1929). C’est aussi l’époque où viennent travailler à Saint-Briac des peintres devenus célèbres (1884-1892). L’implantation du golf, le long du rivage, en 1890, à l’initiative de la colonie anglaise de Dinard, protège le littoral. Le club-house, de style art déco, date de 1927.
C’est historiquement le deuxième golf en France, et l’un des plus beaux en Bord de Mer.

Le temps des hôtes royaux

En 1924, des membres de la famille impériale des tsars de Russie s’établissent à Saint Briac sur mer après avoir fui la révolution russe. Le Grand duc Kyril, la Grande duchesse Victoria Melita et leurs trois enfants s’installent dans la villa Ker Argonid et participent aux mondanités de la Côte d’Emeraude, très proches de la communauté anglophone de Dinard et des artistes installés à Saint Briac, notamment sur le Boulevard de la Mer où une stèle célèbre la mémoire de la Grande Duchesse.
L’histoire d’amour de ce couple, leur vie d’exilés et le destin de leur descendance est à découvrir lors d’une visite guidée qui vous mènera sur les traces de ces hôtes royaux qui marquèrent la vie des habitants de St Briac et suscitent toujours autant la curiosité.




 
     
 
 
Réalisation Ceasy